Ce mois-ci : L'espace

"Je suis sûr que l'univers est plein de vie intelligente. Elle a juste été trop intelligente pour venir ici. " Arthur C. Clarke

à venir

avis

des lecteurs et des bibliothécaires

  • Histoire d'une vie / Aharon Appelfeld |

    Histoire d'une vie / Aharon Appelfeld Appelfeld, Aharon (1932-2018). Auteur

    HISTOIRE D'UNE VIE - Aharon APPELFELD 5/5 Un récit étonnant : celui de l’auteur né en 1932 en Bucovine, province rattachée à la Roumanie. Des souvenirs d’une famille très aimante, brusquement ... Voir plus Un récit étonnant : celui de l’auteur né en 1932 en Bucovine, province rattachée à la Roumanie. Des souvenirs d’une famille très aimante, brusquement brisée par la guerre, le ghetto et à huit ans le transfert dans un camp dont il va s’évader pour errer seul dans les forêts ukrainiennes pendant trois ans avant de traverser l’Italie et de s’embarquer pour la Palestine. Une vie à tenter de se réapproprier un passé occulté par un état de sidération dont la profondeur est proportionnelle à la souffrance et la terreur qui furent les siennes ; un texte morcelé, à l’image de sa mémoire fragmentaire : des scènes, des époques sont livrées tels des arrêts sur image. Un discours distancié, sans aucune linéarité, dénué de lamentations ou de plaintes, et qui n’en est que plus émouvant. La fréquentation de l’Université Hébraïque de 1952 à 1956 lui vaudra des déconvenues, à lui que l’on considère avec quelque mépris pour avoir un tel retard scolaire et qui sera orienté vers les sciences humaines alors qu’il se voulait agronome : la nature et la contemplation ont toujours eu sur lui un effet salvateur. Ses difficultés à apprendre l’hébreu, qui sera la langue dans laquelle il va écrire bien qu’elle ne soit pas sa langue maternelle, lui qui connaissait déjà le yiddish, l’allemand, le ruthène tout comme la course pour combler les lacunes d’une scolarité arrêtée au cours préparatoire. Il deviendra un des plus grands écrivains de langue hébraïque du XXème siècle, décédé en 2018 C’est sur la base du judaïsme en tant qu’évolution d’un peuple errant à la création d’un état politique qui va peu à peu l’aider à se restructurer. Un récit tout en pudeur et en délicatesse, d’une beauté sobre et malgré les critiques dont il fut longtemps le récipiendaire dans ses débuts en tant qu’auteur, un Grand Auteur et un grand Homme, Et malheureusement, je ne suis pas certaine d'avoir rendu justice à ce récit et à son Auteur. Voir moins Christiane - Le 06 octobre 2022 à 10:32
  • La Fin de l'espoir : temoignage / Juan Hermanos |

    La Fin de l'espoir : temoignage / Juan Hermanos Hermanos, Juan. Auteur

    LA FIN DE L'ESPOIR - Juan HERMANOS 5/5 Ce témoignage peut être considéré comme un épilogue à « L’espoir » d’André MALRAUX : à la fin de la guerre et malgré la destitution de Mussolini et d’... Voir plus Ce témoignage peut être considéré comme un épilogue à « L’espoir » d’André MALRAUX : à la fin de la guerre et malgré la destitution de Mussolini et d’Hitler, l’Espagne subit toujours le joug franquiste : des étudiants et divers groupes clandestins tentent d’organiser la résistance dans un pays d’où les valeurs ont disparu et dans lequel Franco dans une tournée de propagande en Andalousie affirme son soutien au Reich. L’église devient religion d’état et conditionne les résultats aux examens, l’octroi de postes et réglemente la morale intellectuelle. Le régime franquiste fit circuler l’information auprès de l’ONU selon laquelle l’Espagne ne souhaitait pas d’ingérence internationale et fit même organiser une pseudo manifestation - obligatoire dans laquelle chaque responsable phalangiste amenait les unités de travail dont il était responsable sur un lieu déterminé -. L’ ONU , soucieuse de ne pas s’engager dans un nouveau conflit, interpréta cette information comme une adhésion au régime en place. Un référendum fut organisé en Espagne, obligatoire et à bulletin « visible » auquel chacun se soumit sous peine de perdre sa carte de ravitaillement, son emploi voire de se retrouver dans les prisons souterraines phalangistes. Les Espagnols engagés dans la résistance en France y virent une trahison des puissances occidentales, notamment de l’Angleterre et de la France pour laquelle ils avaient combattu à Arras, Dunkerque et lors de la libération de Paris. Ce récit écrit par un étudiant dissident, sous pseudonyme, est le cri de désespoir lancé une fois que toutes les tentatives de rétablir la République eurent échoué. Publié en 1949 par extraits dans la revue « Les temps modernes », il est édité dans son intégralité par les éditions Julliard en 1950 et préfacé par J.P. SARTRE. C'est Almudena GRANDES (la très regrettée et méconnue en France) qui le mentionne dans son avant dernier roman, "les patients du Docteur Garcia". Un véritable choc Voir moins Christiane - Le 05 octobre 2022 à 10:19