Livre

La forêt sombre : roman / Liu Cixin

Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Edité par Actes Sud. Arles - 2017

L'humanité sait qu'il lui reste quatre siècles avant que la flotte trisolarienne n'envahisse le système solaire. Les sciences fondamentales se retrouvant verrouillées par les intellectrons, la Terre doit se préparer du mieux qu'elle peut. Le Conseil de Défense Planétaire lance un nouveau projet: le programme Colmateur, qui consiste à faire appel à quatre individuschargés d'envisager des stratégies secrètes pour contrer l'invasion ennemie. Car s'ils peuvent espionner toutes les conversations et tous les ordinateurs humains grâce aux intellectrons, les Trisolariens sont en revanche incapables de lire dans leurs pensées. Après Le Problème à trois corps, Liu Cixin revient avec une suite magistrale et haletante.

Voir la collection «Exofictions»Appartient à : «Le problème à trois corps»

Autres documents dans la collection «Exofictions»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Le problème à trois corps : roman. 1 / Liu Cixin | Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Livre

Le problème à trois corps

Appartient à
Le problème à trois corps

1

Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Actes Sud. Arles : 2016

1 vol. (423 p.) ; couv. ill. en coul. ; 24 cm

La mort immortelle : roman / Liu Cixin | Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Livre

La mort immortelle

Appartient à
Le problème à trois corps

Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Actes Sud. Arles : 2018

1 vol. (813 p.) ; 24 cm

Boule de foudre : roman / Liu Cixin | Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Livre

Boule de foudre

Liu, Ci xin (1963-....). Auteur

Actes Sud. [Arles] : 2019

1 vol. (439 p.) ; couv. ill. en coul. ; 24 cm

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des lecteurs

  • Un très grand roman 5/5

    Je ne suis pas un grand fan des romans de science-fiction. Celui-là m’a séduit. La forêt sombre est un roman de l’attente. Pas comme dans Le désert des Tartares où la menace reste toujours diffuse ; où l’ennemi que l’on attend tarde à se manifester. Dans le roman de Liu Cixin, l’humanité a une vision claire de e qui l’attend : des extraterrestres, les Tisolariens, viendront pour la détruire dans quatre cents ans. La planète Trisolaris, située à quatre années-lumière de la terre, sait tout ce qui se passe sur la terre grâce à ses intellectrons implantés secrètement parmi nous. Ces intellectrons sont capables de tout écouter ; rien de ce qui est écrit ou parlé ne leur échappe. Ils s’efforceront de ralentir, voire arrêter le progrès technologique et scientifiques des terriens. Leur seule faiblesse : ls ne savent pas lire les pensées des hommes, car pour les Trisolariens dire et penser sont synonymes. Le monde décrit au début du roman s’inscrit dans les années de la fin du XXIème siècle. La géopolitique mondiale n’a pas beaucoup changé. Trois grandes entités se partagent le monde : un grand pays nord-américain, l’Europe et une grande Asie. Curieusement, aucune guerre importante ne semble l’avoir déchiré au cours des dizaines d’années précédentes. Pour faire face à la menace, le Conseil de défense planétaire, successeur du Conseil de sécurité de l’ONU décide de compléter les systèmes classiques défense par la nomination de quatre Colmateurs, travaillant indépendamment, chargés de définir un plan de de défense contre Trisolaris. Les Trisolariens avertis de ces dispositions par les intellectrons désignent quatre Fissureurs chargés d’éliminer les Colmateurs. Si les trois premiers Colmateurs sont assez facilement neutralisés, le quatrième, un universitaire chinois du nom de Luo Ji, les inquiète car il ne semble prendre aucune mesure, restant apparemment totalement passif, préoccupé seulement de jouir du moment présent. Frappé par un virus qu’o n sait pas neutraliser, Luo Ji est sauvé par une hibernation dont il se réveillera deux cents ans plus tard. Là guéri par une médecine qui a beaucoup progressé, Luo Ji se voit alors confirmé dans sa fonction de Colmateurs. Dans sa lutte pour la survie, toutes les attitudes se découvrent, de l’acceptation d’un destin scellé d’avance à l’espoir de s’en sortir en s’évadant de la terre avec une petite élite privilégiée, attitude définie comme de l’évasionisme. Sur le plan poétique, on trouve de belles pages dont certaines dépassent le genre même de la science-fiction. Notamment quand Luo Ji qui rêve d’amour absolu s’invente une femme idéale à laquelle il prête réalité par la force même de ses sentiments. L’humour n’est pas totalement absent du livre : ainsi à la sortie d’hibernation de Luo Ji, « peu de temps après son entrée dans la chambre, l’infirmière lui apporta son premier repas[ fabriqué synthétiquement] : du pain, de la confiture, un verre de lait… l’infirmière lui expliqua que ses fonctions digestives n’étaient pas encore tout à fait rétablies. Luo Ji mordit une bouchée de pain et eut l’impression de manger de la sciure. - Votre sens du goût reviendra bientôt, expliqua l’infirmière. - Et quand il sera revenu, vous trouverez ca encore plus dégueulasse ! ajouta Xiong Wen [ son voisin de chambre] » Luo Ji nous expose les mystères de l’univers, et la clé qui explique sa stratégie face à Trisolaris, presqu’à la fin du livre dans un magnifique passage sur ce qui donne son titre au livre. « L’univers est une forêt sombre dans laquelle chaque civilisation est un chasseur armé d’un fusil… il doit être prudent, car la forêt est pleine de chasseurs comme lui. S’il remarque une autre créature vivante – un autre chasseur, n ange ou un démon, un bébé sans défense ou un vieillard boiteux, il n’a qu’un seul choix : ouvrir le feu et l’éliminer. Dans cette forêt, l’enfer, c’est les autres. Une éternelle menace. Chaque créature qui dévoile son existence est très vite anéantie. »

    Yvon - Le 07 mars 2024 à 16:06